Banner made with BannerFans.com, hosted on ImageShack.us

samedi, janvier 12, 2008

Une Morjana dans la mer (1)



-"Vague à l'âme"- Sophie Kauffmann


Morjana marchait, marchait , marchait droit devant elle ,sans regarder ni à gauche ni à droite , juste droit devant elle.D'habitude lorsqu'elle est de mauvaise humeur comme aujourd'hui,lorsqu'elle ressent ce je ne sais quoi dans le coeur,pas de la tristesse, pas de l'ennui, ni de la colère,ce sentiment indéfinissable qui fait qu'elle n'est pas heureuse,elle n'arrête pas de tourner en rond, mais cette fois-ci,quelque chose de décisive a changé : Morjana a la jambe rebelle.

Comme la majorité des êtres humains,cette jeune demoiselle est gouvernée par sa tête,elle n'obéit qu'à sa tête,ne se fie qu'à sa tête,et ne se confie qu'à sa tête.Mais depuis quelques temps,celle-ci n'est plus d'aussi bon conseil.
Morjana est fréquemment rongée par ce mystérieux état d'âme qui rend sa tête impuissante.la tête ne cesse de s'affoler et de faire tournoyer tout le monde ;la jambe en premier.Epuisée,La jambe se révolte.Une guérilla paisible éclate dès lors,mais ne secoue que légèrement le reste du corps.Certains comme le coeur trouvent que la tête dérape souvent depuis un moment, qu'elle se fait vieille rêche et aigre,qu'elle doit céder son trône à la jeunesse.D'autre, plus loyaux vassales,se rangent à sa cause et clament que face à l'impétuosité de la jeunesse, la tête surpasse par la sagesse.L'envie de renouveau finit par l'emporter.Ce matin brumeux d'hiver ,Morjana marcha enfin tout droit.

Morjana dévale les ruelles rustiques de cette petite ville côtière du Haouz,puis l'unique grande avenue qui mène au luxueux restaurant italien où se retrouvent convivialement les dignitaires locaux de tout bord ,élus,juges,industriels... puis les sentiers de campagne où poussent ici et là les maisons champignons si caractéristiques de la région avec des chèvres autour et des enfants , puis les clairières des forêts d'eucalyptus, d'arganiers et de thuya , ses jambes bien décidées à la porter jusqu'au bout.

Elle a passé une bien rude semaine.Morjana travaille depuis 3 ans dans une agence de voyage très connue sur la place,elle vend à longueur de journée des rêves aux autres,des billets à destination de paradis sur terre,des promesses d'exotisme,d'aventure,de quiétude ,des envies de dépaysement sur des plages de sable blanc et fin,avec de l'eau bleu carmin ,dans des villes aux tours majestueuses haut dressées ,parfois penchées,des invitations à l'ouverture sur d'autres savoir-vivre , la découverte de nouvelles saveurs.Confortablement assise derrière son bureau,parée d'un magnifique tailleur blanc qui met en valeur l'éclat de sa peau basanée et dont la jupe laisse deviner le galbe parfait de ses jambes,elle use habilement de prospectus de papier glacé aux couleurs flamboyantes qu'elle vous fait feuilleter doucement au son d'une voix mielleuse et d'une logorrhée d'éloges répétitifs se déclenchant telle une machine bien huilée face à chaque client.Un joli sourire souligne en permanence ses lèvres charnues,et des yeux noirs ,des yeux vifs et malicieux,des yeux qui accrochent les vôtres clignent rapidement devant le moindre signe d'hésitation,afin de vaincre les derniers bastions de doutes,
Hors depuis deux mois,Morjana n'a rien vendu,rien de rien,pas même un petit week-end au Michlifen.Son patron est furieux alors que bon nombre de ses collègues,à l'image des vautours aux aguets, se montrent à première vue solidaires avec la future licenciée mais cachent mal leur soulagement de se débarrasser d'une si redoutabale concurrente.Son fiancé quant à lui peine à trouver un emploi,sa belle-mère la déteste parce qu'elle a la langue bien pendue,sa grande soeur parce qu'elle est plus belle,le coiffeur parce qu'elle ne paie plus ses services depuis qu'elle a drainé les trois quart de sa clientèle, et sa voisine parce qu'elle est l'ex fiancée de son fiancé,...
Morjana poursuivait son petit chemin de vie malgré tout,mais il y avait ce sentiment bizarre qui ne cessait de la tourmenter...

Elle est maintenant sur une falaise qui surplombe l'atlantique."Que c'est beau la mer".Perchée sur le rocher , elle se sent aux confins de l'univers,et regarde les vagues se fracasser au contact de la terre,les vagues si molles,fluides,si limpides, qui se jettent avidement sur le rocher dur et impassible,comme on étreint passionnément l'être aimé après une longue absence.Elle contemple les mouettes qui veillent sur elles, déployant timidement de petites ailes à la blancheur angélique, ses jambes émues se plient d'admiration et Morjana s'assied alors que les vagues entre temps continuent leur course effrénée vers le bout du monde.

Emerveillée par le mouvement pendulaire de l'eau,la jeune fille devint pensive tout à coup.une pensée germa dans son esprit:la mer est la fin de son univers,Si elle, Morjana plongeait à cet instant dans l'eau, si elle s'engouffrait dans les méandres de l'océan,elle se noierait surement,la mer n'est autre que la limite de ce qu'elle peut réaliser,l'envie de traverser la mer, de franchir cette limite est si grande,si intense mais inespérée,elle pourrait s'apparenter à son idéal,donc la mer symbolise la barrière entre le rêve inaccessible et la réalité.De la même manière, de l'autre coté, chaque vague s'écrasait avec fougue sur la roche,elle parcourait d'énormes distances pour s'échouer sur la rive,donc la falaise est bien la limite de ce que peut réaliser une vague et la frontière de son univers,la falaise peut aussi être son idéal,mais ce qui est certain c'est que atteidre la falaise est sa mission à accomplir.Chaque vague se résignait tragiquement,courageusement à affronter son sort et signait elle même sa disparition en acceptant son destin de vague,mais peut-elle finallement faire autrement ,comme chaque vague se consume nécessairement au bout d'un périple bien tracé,bien défini.Tout en continuant à observer ce fabuleux ballet marin,Morjana constata que les vagues ne se ressemblaient pas.Certaines vagues ne font que caresser avec douceur le bloc rocheux ,comme pour l'amadouer ou parfois par simple tendresse,d'autres essoufflée par leur long voyage s'y brisaient silencieusement.D'autres s'abattaient sur lui passionnément.D'autres encore avec une telle rage,un tel vacarme,comme si elles se révoltaient contre cette vérité millénaire, comme si elles voulaient le pousser plus loin,gagner encore quelques mètres de vie,alors que des vagues trop faibles s'évanouissaient loin dans l'horizon, avant d'atteindre le rêve tellement escompté.Morjana vit que les vagues,conscientes de leur destin commun de vagues, de ce qu'elles partagent comme quête solennelle ,ou voyage entre les deux balances de l'infini, évoluaient en communauté.Elle fut témoin de fusions brusques et inattendue entre vagues parallèles,elle vit des pacts se sceller tacitement comme par évidence,chacun traduisant selon son intensité ou sa pérennité une alliance passagère ,une amitié,ou un mariage.Elle assista à des divorces,à des ruptures,à des séparations inattendues.Elle vit tantôt des vagues malignes,traîtresses,des vagues sans pitié qui engloutissait les autres pour survivre,pour durer,tantôt des vagues féroces qui jaillissaient comme par miracle pour s'éclipser aussi miraculeusement l'instant d'après,les vagues mensonges,les vagues fantômes.Elle repéra les vagues monstres qui se muent en tendres, et elle remarqua que certaines vagues courtisanes caline d'abordn peuvent opérer le changement inverse.Elles vit des vagues maestro,des vagues reines qui, elles, lancent la tendance.Celles-ci sont particulièrement intéressantes à observer,une vague maestro est toujours suivie d'une salves d'autres identiques,elle s'impose...et les générations se succèdent interminablement,portant dans leur cycle montone ,l'essence même de la diversité...Morjana ne se lassait plus de scruter la mer...les vagues illustrent l'odyssée de la vie humaine...Morjana se sentait vague...Morjana cherchait sa vague...finira-t-elle par la trouver?

Morjana a le vague à l'âme.

2 commentaires:

maximus a dit…

Encore une fois une éclipse, une petite éclipse fort heureusement.

J'ai pas encore lu la totalité, mais c'est la première chose que je ferais après les examens :)

Bonne continuation, et surtout ne nous prive pas de te lire.

selma a dit…

:)
On rediscutera de tout ceci après tes examens!
bonne chance maximus